Frères de Charité

Frères de Charité

L’origine des confréries (on a dit parfois “frèries”) est très ancienne : on en trouve déjà au IVe siècle, en 336 à Constantinople. Les frères de charité se proposaient  d’ensevelir et d’enterrer les morts. Au Ve siècle, à Alexandrie, ils secouraient les malades.

En Normandie, les confréries sont apparues au XIIe, mais les plus anciens statuts connus ne remontent qu’au XIIIe siècle.

  • En 1792, un décret abolit toutes les confréries et confisque leurs biens.
  • En 1801, le Concordat favorise leur rétablissement.

A partir de la Révolution, les biens des confréries sont gérés par les conseils de fabrique. A Vatteville, les personnes gérant les conseils de fabrique ont leurs noms inscrits sur la façade de l’ancien presbytère.

  • En 1905, lors de la séparation de l’église et de l’état, les charités perdent la quasi totalité de leurs revenus.

En Seine-Maritime, il n’existe plus que 5 confréries dont celle de Vatteville-la-Rue qui apparut le 9 septembre 1526.

Dans l’Eure, il existe encore 117 confréries comprenant environ 1000 frères et soeurs.

A Vatteville la Rue, les charitons sont au nombre de 10 (1 Maître, 1 Sous-Maître et 7 frères et 1 soeur) :

Adolphe HULIN,  Marcel VANZIELEGHEM, Jean-Claude PERCHEPIED, Alain LEMARCHAND, Christophe DALIGAUX, Daoud MOKBEL, Francis LUCE, Paulette PERCHEPIED, Patrick LEMERCIER, Jacques DESCHAMPS.

Information :

En cas de décès, les familles peuvent s’adresser à  la Mairie (0235962276) qui appelle le Maître ou le Sous-Maître, qui appelle à son tour les autres frères disponibles pour l’inhumation.